LA DÉSUÉTUDE

Déjà qui le connaît ?
Ce substantif inusité. 
Actuellement.
Bien moins, c’est manifeste.
Que « donc, voilà, du coup ».
De grands érudits l’assurent,
Le niveau culturel
D’un groupe d’individus.
Se mesure. Ou s’apprécie,
Question d’érudition…
Se mesure à la diversité.
Du vocabulaire qu’il utilise,
Foin de quantité.
Il s’agit là de qualité.
De savoir/pouvoir choisir.
Le mot adéquat.
Exprimant précisément,
Et clairement,
Ce que l’on cherche à formuler.
En gros, couz’, bien jacter.
Ce qu’on gamberge.
Pas fastoche, certes.
Un tantinet crari, je l’avoue.
Le langage est un media.
(Oui, je l’écris sans accent sur le « e »,
car c’est un terme latin, à l’instar de « a priori »…)
Chacun sa valoche ou son wagon.
Tout ce que je peux écrire,
Sans crayon, stylo ou autre ustensile,
Je le tiens de mon daron, ma daronne
Et grands – voire arrières-grands- darons.
Je suis heureux et fier.
De ce qu’ils m’ont légué.
Cette richesse qui rétrécit.
Everyday.
Ce trésor qui s’amenuise.
Au profit de mots « valises ».
Ayant la prétention de tout dire.
Parvenant tout juste.
À ne plus rien signifier.
Oui, je parais « miskine »
Aux yeux des générations 
Qui ne sauront plus
Faire ressentir
Ce qu’elles éprouvent.
No rage, je suis total OKLM.
Paisible, tranquille, 
Quasiment rasséréné.
De prendre conscience, comme jamais.
Que je serai en vacances.
Probablement éternelles.
Le jour où.
La domination du monde.
Ne sera pas un enjeu nucléaire.
Mais un jeu de mots.
Pouvoir immense.
Pour celles et ceux.
Qui en détiendront les secrets.
Le « genre » de secret si facile.
À percer.
Par le biais d’un outil.
À portée de toutes et tous.
Un instrument basique.
Pourtant oublié.
Trop skred.
Pas numérique.
En papier.
Avec des pages.
À tourner.
À feuilleter.
Pas moteur de recherche.
Pour trouver.
Il suffit.
De se débrouiller
Hass.
Tenter l’aventure.
En prendre un en main.
L’ouvrir.
Et s’ouvrir.
À ce dont il nous emplit.
Sans crainte.
Sans honte.
Avec fierté, peut-être.
D’avoir osé.
Y plonger.
Quel objet magique !
Le dictionnaire.
Dans lequel vous découvrirez.
Je vous le souhaite.
Cette pathologie.
À laquelle vous vous exposerez.
Qui vous vaudra.
Dédain et mépris.
Mais aussi plaisir et rajeunissement.
De vos synapses (voir dico).
Laissez-vous happer.
Pour une fois dans votre vie.
Faites un geste.
Non pour la planète.
Pour vous
Y a pas mieux.
Pour cesser d’être vieux.
Avant d’en avoir l’âge !
Acceptez.
De tomber.
En désuétude.

« Être jeté aux oubliettes n’est pas si grave. À condition de ne point y demeurer ad vitam aeternam. » Léo Myself (librement inspiré de François Villon -1431/1463)

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s