Il est arrivé

Je sais. C ‘était il y a 3 ou 4 jours. Mais mon changement d’humeur date de ce moment là. Alors c’est important.
De toute façon c’était important. Pour tellement de monde.
« Il est arrivé », « il est arrivé ».
Le leitmoitiv général. Dans tous les estaminets. De France, de Navarre. Et d’ailleurs.
Le beaujolais nouveau est arrivé.
Beaujolais. Drôle de mot.
Qui commence si bien et se termine si mal.
Cette année, aura-t-il goût de banane ? Je trouve surtout qu’il a une saveur de kiwi macéré dans du vinaigre. J’en prends un verre pour concéder à la tradition et je passe à autre chose.
Je pourrai opter pour une coupe de champagne.
J’ai quelque chose à fêter.
Pas des retrouvailles.  Les retrouvailles, c’est quand on s’est perdu. De vue. D’âme.
Plutôt une évidence. Que, malgré les vicissitudes de l’existence, les coups de gueules et les coups de cœurs, il y a des liens qui résistent à tout.  Selon les circonstances, ils se resserrent ou se distendent, mais ils sont les nœuds qui nous attachent à ce que la vie a de plus précieux : l’autre.
Ce soir-là, l’opération marketing était du côté des producteurs de ce pinard sans grand intérêt – qu’il sente la banane ou renifle la framboise.
En revanche, la fête était de mon côté.
Égoïstement.
Savoureusement.
Et la banane était pour moi.

« Ils sont tous si excités parce que le beaujolais nouveau est arrivé alors que, moi, c’est simplement parce que la belle jolie est revenue »
Léo Myself

Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s