L’habitude

C’est comme un vieux vêtement. Trop longtemps porté. Même plus une seconde peau. À force d’y avoir pris ses marques. Trop grand. Trop distendu. Plus aucune gêne. Ni de plaisir.
C’est comme habiter quelque part. Depuis des lustres. On ne fait plus attention à rien. On y a ses repères. Certes. Mais plus d’étonnement. Ni de joie.
C’est confortable. Seulement confortable.
L’habitude. Les habitudes. Un lent chloroforme. Qui anesthésie notre existence. Efface la crainte. De la surprise. De l’inattendu. Endort la douleur. La douleur de quoi, d’ailleurs ? De ce qui pourrait arriver de nouveau ? Le pire n’est jamais certain !
Mise en sommeil de tout ce qui nous tient éveillés. De tout ce qui nous garde émerveillés.
Je n’ai pas envie de vivre dans ce coton. Ce cocon. Doux, moelleux, certes. Qui va finir par me rendre, moi aussi, moelleux et doux. Moelleux/doux. Mou, quoi…
J’aime que la vie me gratte la curiosité, que chaque rencontre me démange l’envie de bonheur, que chaque matin je puisse être heureux de voir ce que je n’ai pas prévu, de sentir ce que je n’ai pas pressenti.
J’aime que la vie me gêne aux entournures de mon ego. Qu’elle assaille d’incertitudes mon imagination. Qu’elle me donne l’impression que chaque jour tout est possible. Y compris l’impossible. Surtout l’impossible.
J’aime ne pas me sentir à l’étroit. Ou trop au large.
J’aime le lever du soleil, parce que je ne sais jamais à quoi il va ressembler. Ça me fait rêver.
J’aime le coucher du soleil, car j’ignore ce que sera la nuit. Et quels seront mes rêves.
J’aime pouvoir me réveiller aux côtés de celle que j’aime et la regarder comme si c’était la première fois. La trouver aussi belle. Que la première fois. Plus belle, même.
J’aime cette glorieuse incertitude du sort.
C’est le sel de la vie.
Qui lui donne un tel goût…

« Je m’attache à ne pas céder au confort des habitudes. Ce n’est pas toujours facile mais je m’y habitue…» 

 Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’habitude

  1. Arnaud dit :

    L’habitude, c’est une accumulation de petits riens qui phagocyte le grand tout….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s