Rentrée littéraire

On ne parle que de ça.
Exit Emmanuel Carrère et son magnifique « Le Royaume » épico-mystique.
Oublié « En finir avec Eddy Bellegueule » du (très) jeune et (très) talentueux Édouard Louis.
Ce qui fait l’événement, déjà en tête des ventes d’Amazon avant même sa sortie, c’est « le moment ». Pour lequel l’ex première dame de France (non officielle) remercie le (futur ex ?…non officiel aussi mais probable) Président.
Et alors ? La vie est faite d’histoires. Grandes ou petites. De petites sans qui les grandes ne seraient jamais écrites. De grandes qui cherchent à effacer les traces de leur modeste genèse.
Et alors ? À en croire les extraits qui tournent en boucle dans toutes les rédactions, on dirait du Rita Mitsouko : « Les histoires d’amour finissent mal, en général ».
J’ai toujours un peu de difficulté avec l’encre qui tourne au vinaigre. Ça fait toujours des salades. Mal assaisonnées. Acides. Aigres. Je crois tellement à la magie des mots, que je suis effrayé quand elle devient une magie noire, propice aux maux.
Il y a tellement mieux à faire. À dire. À écrire. Je devrais le faire plus souvent.
On me l’a dit hier soir.
Alors je vais te dire ce que je ne t’ai jamais dit.
Que la vie c’est comme une chanson. On met des paroles bout à bout. On essaie d’y donner un sens. Et que ce soit agréable en même temps. On accorde au mieux les instruments entre eux. Pour que ce soit harmonieux. On tâtonne pour trouver un bon rythme. On orchestre, on arrange, on mixe. On mélange paroles et musique, espérant que ca donne du bonheur à celles et ceux qui l’entendront.
Oui, la vie c’est comme une chanson.
Et c’est facile.
Voilà des mois que les paroles me viennent d’elles-mêmes. Si elles ont du sens, c’est à cause de celui que tu donnes à ma vie.
Voilà des mois qu’il n’y a plus besoin de rien accorder tant nous vibrons à l’unisson.
Voilà des mois que le rythme s’est imposé de lui-même. C’est mon cœur qui bat la mesure.
Tu me fais entendre la plus belle des mélodies, allegro, fortissimo, diminuendo, vivace, pianissimo, adagietto… emplie d’intensité, alternant les temps forts et les pauses, les envolées et les silences, les polyphonies et les contrechants…
La vie c’est comme une chanson.
Une chanson pour laquelle, chaque jour, peut s’écrire un nouveau couplet.
Pour laquelle, chaque jour, j’écris encore et encore.
Une chanson qui ne s’arrêtera pas.
Tant qu’elle sera la chanson de ma vie.
Tant qu’elle sera la chanson que tu m’inspires.
Alors, merci.
Merci pour ces bons moments.
Ces si beaux moments.
Et pour tous ceux qui restent à écrire.

 » Un peu de toujours, ça ne fait jamais de mal  »
Léo Myself

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s