L’art disant…

Il n’est pas à l’affiche du Louvre. Ne bat pas les records de vente chez Sotheby’s.
Il est même très loin. De gagner des millions. Avec son travail.
Ses œuvres.
Le talent est bien là, pourtant. Le savoir-faire aussi.
Fruits de longues années. D’un exercice patient et opiniâtre.
Pour atteindre un tel degré.
Non de perfection, mais d’une véritable exigence.
Après 3 mois de labeur acharné, il a tout recommencé.
Tout repris, retaillé, peaufiné. Il s’est plus qu’investi.
Sur les formes. La matière. Le montage. Les finitions.
À n’en plus dormir. Résultat ? Poubelle !
Pas suffisant. Pour ce qu’il sait pouvoir faire. De son ouvrage.
Ni Vermeer, ni Turner, ni Picasso, ni Basquiat.
Il ne sera jamais reconnu comme tel.
Son art est trop « populaire ».
Puisqu’on le porte chaque jour. À nos pieds.
Peut-être la raison de ne pas le voir ?…
Si c’étaient des tableaux, on lèverait les yeux.
Moi j’en profite tous les jours. De ses œuvres.
Pas besoin d’aller au musée. Je les chausse chaque matin.
Parfois je lui rends visite. Sans raison. Pour le voir faire. Je le questionne.
Pour le plaisir de l’entendre parler. De ce qu’il fait. De si beau.
Les ignorants l’ignorent. Par méconnaissance de son art autant que par mépris de son statut. Ces ignorants qui pour l’essentiel, ont besoin d’une page d’explication.
Pour comprendre un tableau, une sculpture.
Afin de pouvoir en discourir, ensuite, l’air sentencieux.
Ce sont des « art disant ».
Lui, c’est un « art tissant ». Tissant un lien entre pratiques ancestrales, savoir-faire multiples, amour des matériaux, curiosité technique, sens de l’innovation. De générations en générations.
Je ne cherche pas à persuader les « art disant ». De regarder un peu moins haut que là où ils pensent qu’est leur QI. Leur cul idiot.
Aussi vain que donner de l’art à un gros con.
Je préfère laisser cet « art tissant ». M’ouvrir les portes de son savoir créer. Qui révèle des horizons imaginaires que peu savent découvrir.
Créateurs de l’ombre, génies esthétiques cachés aux yeux du monde, maîtres de la matière, de l’assemblage et du montage, des piqûres et de la trépointe,  ils n’en sont pas moins des artistes. Authentiques. Sincères. Entiers.
J’ai beaucoup de chance.
D’en connaître un.

« La différence entre ceux qui disent et ceux qui font ne dépend pas du moyen. Mais du résultat. »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s