La frontière

Où est-elle ? Où sont-ils ? Son début et sa fin.
Délimitation volatile. Entre rêve et réalité.
Où est-elle ?
Infime « no man’s land » où le flou le dispute à l’incertain.
Où l’espoir ce confronte à l’interrogation.
Sans vraiment se connaître, on semble se plaire.
Sans le savoir, on cherche à se découvrir.
Sans vouloir se séduire.
Et pourtant. Toujours ce mystère étonnant.
Toujours cette alchimie peu explicable.
Se toucher. Vérifier ta présence.
Qu’il ne s’agit pas d’un songe.
Éveillé.
Sinon, j’aime autant me rendormir.
Non, finalement.
Je préfère cet éveil improbable.
À toutes les anesthésies.
Où est-elle ?
Cette barrière infranchissable.
Qui semblait l’être.
Tant que je n’avais pas traversé.
Tant que je n’avais pas sauté le pas.
Je ne l’ai pas fait seul.
Seul, il n’y a aucune raison.
De prendre un tel risque. De tenter l’aventure.
Plonger dans l’inconnu.
Décider, par avance, d’en accepter l’étrangeté.
Ne pas avoir peur. Surtout pas la peur.
N’y voir qu’une chance.
Une vraie raison.
De trouver ce qu’on ne cherchait pas.
Juste là.
De l’autre côté.
Il y a quelques décennies.
Une petite fille venait au monde.
Je n’en savais rien.
Parce que j’en faisais déjà partie.
De ce monde.
Chacun(e) a suivi son chemin.
Chacun(e) a parcouru sa route.
Distant(e). L’un de l’autre.
Ignorant(e). L’un(e) de l’autre.
Sans savoir, qu’un jour, ils se croiseraient.
Se regarderaient. Se parleraient.
S’embrasseraient.
S’embraseraient.
Parfois.
Comme deux étoiles.
Imaginant leur rencontre.
Espérant qu’il en surgirait une supernova.
Un soleil faisant pâlir le soleil.
Où est-elle ?
Cette ligne presque invisible.
Cette frontière improbable.
Cette douane sans contrôle.
À part celle imposée par les règles.
Venues d’ailleurs.
Décidées par d’autres.
J’ai jeté mon passeport.
Brulé tous mes papiers.
Seule solution.
Pour devenir un clandestin.
Un expatrié.
Je le suis enfin.
Libre.
De passer.
Cette putain de frontière.
Essayer la retrouver.
De l’autre côté.
Peut-être.

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La frontière

  1. Meyers dit :

    Bravo.
    Texte plein d’espoir et de compassion.
    Coquille en phrase 5.
    Bizzzz.
    A.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s