LA NOTICE DU MÉDICAMENT


Début de crève. Traitement immédiat obligatoire si je veux enrayer l’invasion des microbes.
Pourquoi ? Je ne sais pas. Mais la boite de comprimés éveille soudain en moi une curiosité aussi inattendue qu’irrépressible : j’étudie dans le moindre détail le contenant cartonné, la plaque dans laquelle est serti, avec ses compagnons d’infortune, le cacheton que je vais avaler…et la notice !
Un roman qui s’étale sur plus ou moins 1 500 cm2 d’un papier quasi transparent à force de finesse. Un roman dont je ne comprends ni la composition, ni l’intrigue, ni les personnages, un roman sans vrai début et sans véritable fin.
En revanche, j’ai très bien saisi son partis-pris : foutre un maximum la trouille ! Conditions de délivrance, durée d’utilisation, précautions particulières de conservation, précautions d’emploi, contre-indications, effets secondaires possibles, effets indésirables, autres effets possibles
STOP !
Je veux juste enrayer un petit commencement de rhume.
Pas me retrouver couvert d’éruptions cutanées, submergé par des troubles intestinaux, m’endormir au volant, avoir la mémoire qui défaille, être en état de dépendance physique et psychique, devenir aveugle, sourd, faire des cauchemars à n’en plus dormir…
La notice peut d’ailleurs provoquer tout cela  sans même avoir pris une seule dose du médicament concerné : par son incapacité chronique à laisser la plaque de comprimés retrouver à nouveau sa place, après extraction initiale et première utilisation, dans la boîte en carton prévue à cet effet !
Elle fait de la résistance, la notice.
Pas pour nous pourrir la vie.
Non.
Parce qu’elle connaît les dangers de ces « innocents » cachets que nous nous efforçons, avec obstination, de ranger dans leur emplacement ad hoc.
Parce qu’ils sont tatoués avec détail, précision et en tout petits caractères sur son recto comme sur son verso…
Elle se plie en quatre, laisse exprès un de ses coins en désordre pour faire barrage, elle peut même aller jusqu’à se mettre en boule !
Juste pour qu’on fasse pareil…
En agissant ainsi, la notice du médicament ne cherche qu’à nous préserver.
Elle nous fait pas mal chier au passage mais c’est pour notre bien.
D’ailleurs je vais beaucoup mieux.
J’ai arrêter de me soigner.

Léo Myself, Bordeaux, pharmacie de garde, le 19/10/2012 à 23h27

Publicités
Cet article a été publié dans LA VIE QUOTIDIENNE DES PETITS RIENS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LA NOTICE DU MÉDICAMENT

  1. Naïck dit :

    Trop court Léo… Encore !!! XXX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s