Torture…

Julio Iglesias. Dalida. Le supplice suprême infligé aux opposants du régime Pinochet.
La plupart du temps, un tube peut donner envie de chanter. Rarement de parler. Encore plus rarement de se mettre à table.
Le pire, c’est que ça semble avoir été efficace.
« Bambino » et « Je n’ai pas changé » à fond les ballons, les victimes de ces pratiques inhumaines avouaient tout et n’importe quoi.
Que les impôts n’allaient jamais augmenter. Que François Hollande serait un jour Président, que Lance Armstrong se dopait… N’importe quoi, vraiment.
Suggestion aux forces de l’ordre : vous disposez aujourd’hui d’un arsenal bien plus puissant qu’à l’époque. Les Cht’is à Miami, Nabila, L’ile de la Tentation, Céline Dion, Patrick Fiori… de quoi faire craquer les plus résistants des malfrats et révolutionnaires de tout poil.
Souvenirs. D’il y a plus de 40 ans. 1971, exactement. Orange Mécanique. Chef d’œuvre de Kubrick dans lequel Alex est torturé, en musique lui aussi, par la 9ème symphonie de Beethoven.
Dalida côtoyait à peine les hits et Julio hésitait encore entre une carrière de footballeur et celle de chanteur de charme.
On n’avait donc que ce bon vieux Ludwig Van.
Les temps changent.
Je crois que je vais remiser brodequins, estrapade et autre poire d’angoisse.
Les temps changent.
Vraiment.

« Si elle est totalement condamnable, la torture est toujours à l’image de la société du moment : plus ou moins créative et raffinée »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s