Date limite

Encore aujourd’hui. Deux fois. Que je reçois ce genre de pub. Par mail. Le plus étonnant, ce sont les premières. Qu’on m’a envoyées. Des « conventions obsèques ».
Certes, je suis statistiquement plus éloigné. De ma date de naissance que du moment fatal.
Encore que ? Avec les progrès galopants de la médecine, du bionique, des nano-technologies et tutti quanti… et de ce qui reste encore ignoré. Qui sera un jour découvert. Je vais peut-être vivre jusqu’à 100 ans. 150 ? 200 ? Les paris sont ouverts…
N’empêche, ça me gonfle ! Qu’on me rappelle. Toujours plus fréquemment, la seule perspective qui semble envisageable. D’avoir de belles funérailles. Catafalque en bois massif, doublure en satin ouaté, poignées dorées sur tranche…
Je m’en fous, mais je m’en fous ! Je veux être incinéré.
Pourquoi gaspiller autant de fric pour qu’il parte en fumée ???
Je préfère en profiter de mon vivant. Plutôt que du vivant de ma mort.
Et fumer des cigarettes très chères. Qui me conduiront à la même échéance.
Au moins, j’y aurais pris du plaisir.
Plus de plaisir que le jour où je ne serai plus. En mesure de prendre du plaisir…
Ah, aussi, les prothèses auditives. Et les monte-escalier. Sans parler des produits adhésifs pour dentiers. Ni des tapis anti-dérapants pour baignoire…
Bientôt, on va sûrement m’adresser un catalogue complet. De déambulateurs…
Je suis agacé. Amusé aussi. Une simple compilation de base de données et hop ! On est classifié. Rangé dans une case. Âge signifie tels types de produits ou de services…
Oui, dans moins de huit semaines j’aurai 60 ans.
J’anime régulièrement des festivals de rock, je tue mon temps (avant qu’il ne prenne sa revanche) en charroyant des tonnes de ciment et de tuiles sur des chantiers, je crée des bracelets, j’écris et publie toutes les conneries qui me passent par la tête (j’ai des lectrices et des lecteurs !), je baise comme à 20 ans, j’aime comme à 15, je bois, je fais la fête, et mes meilleurs amis ont 35 ans de moyenne d’âge.
À part un. Il a une excuse. C’est un amiral à la retraite.
Je me dis que Woodstock fut la plus belle vie dans ma vie.
Que les guitares sont les plus belles gonzesses qu’on puisse tenir dans ses bras.
Que les femmes sont les plus belles guitares qu’on puisse faire hurler de plaisir.
J’ai un message.
À tous ceux qui nous prennent pour des vieux.
Sans réaliser qu’ils finiront par l’être. Aussi.
Parce qu’ils ne sauront pas. Faire autrement.
Qu’ils aillent tous se faire enquiller !
Bien sûr, je sais très bien.
Qu’arrivera le dernier jour.
Un jour.
Pour m’attraper il faudra qu’il courre.
Vite
Moi je m’entraîne.
Avec un genre d’Usain Bolt.
Aux immenses foulées.
L’optimisme.

« Prendre de l’âge, c’est un peu comme prendre la route. On ne sait pas où on va et quand on arrivera. L’important c’est le parcours accompli et ce qu’il nous permet de découvrir. »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s