Ô Rome….

C’est de là. Qu’elles viennent. À ce qu’on dit. Les cloches. Qui pondent des œufs. Dans les jardins. Si quelqu’un en est témoin, qu’il se manifeste.
Les poules. Oui. Pour les œufs. Les cloches, à part leurs tintements…
Donc, pour moi, il y a déjà une question de fond.
Qui est le responsable ? De la grossesse des cloches ?
Quasimodo, j’élimine. Trop amoureux d’Esmeralda.
Le bedeau du Vatican ? Place trop bonne pour prendre les moindres risques.
Le Pape ? Soyons sérieux. Sa fonction le met au dessus de tout soupçon.
Alors, qui ? Et voilà ! Personne pour répondre.
Les boulangers/pâtissiers se frottent les mains. Mais aucun n’avoue.
On va encore attendre, donc.
Que des cloches filles-mères nous balancent leurs progénitures désavouées.
Sur nos plates-bandes. Merde ! On se casse le derrière toute l’année !
Pour qu’elles ressemblent à quelque chose. Et, là, tout va être dévasté. Ravagé. Uniquement pour les découvrir. Ces putains d’œufs !
Je n’y ai pas échappé. À cette quête traditionnelle. Institutionnalisée aujourd’hui. Plusieurs municipalités ont organisé des « chasses aux œufs ».
Quand la laïcité se retrouve un peu chocolat…
J’ai fouillé les jardinières. Secoué les arbustes. Retourné le moindre brin d’herbe.
Chou blanc. Non, pas de chou dans mon jardin. Une expression. Désuète. Signifiant que je n’ai rien trouvé. Rien de rien.
Erreur d’adresse dans le data-center du Saint Siège ? GPS défaillant pour le cloches ? Faudra que je dépose une réclamation. Pour l’an prochain.
J’ai décidé de prendre la situation en mains. Pas une main verte, je ne suis pas doué pour les plantations. J’ai donc remplacé le vert par le verre.
En parsemant des mignonettes un peu partout. Des mignonettes de rhum.
Pour rester dans l’esprit de Pâques. Même si Rome m’a oublié.
Je les ai trouvées.
Facilement.
Vu que c’est moi qui les avais disposées.
Ménageant, ainsi, l’état du jardin.
Un peu défait par ma recherche initiale.
J’ai fait comme avec les œufs.
Je m’en suis gavé. Régalé.
Suis hyper détendu.
Comme ressuscité.
Depuis.
C’esst tétrenje. Come je me sans joyeu…
Trait coule.
Finalemnt, Pack, sa me plé.
Beau coup.
En parlan de coup.
Un drnièr.
Jurez. Praumis !

« Ô Rhum, unique objet de mon ressers-moi-z-en ! »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s