Le rendez-vous

30 mn. Dans un semblant de salle d’attente. Couloir d’attente à vrai dire.
À la croisée d’un autre, de la photocopieuse, du distributeur d’eau et d’un bureau d’accueil aussi vide que mon compte bancaire. Mais bien rangé. Très bien même. Témoignage inerte et muet du professionnalisme. De la personne qui l’occupe. Quand elle est là.
Déambulation constante mais discrète. De différents collaborateurs du service. Collaboratrices est plus juste. Tout le monde me salue. Me demande si on s’occupe de moi. Je réponds par l’affirmative. Que puis-je dire d’autre ?
Que je suis venu me mettre à l’abri de l’orage qui déverse ses trombes en ce moment ?
Que c’est une tactique très personnelle pour arrêter de fumer ? En passant une heure par jour dans des établissements où c’est interdit.
Je patiente, donc. Continuant de sourire à chaque passage. Vers le photocopieur. Ou le bidon de flotte.
45 mn. Rien de plus.
J’ai envie d’une clope. Mais je ne vais pas descendre 10 étages pour ça. Et m’exposer à manquer mon RV. S’il arrive. J’en suis à mon 9ème verre d’eau. J’arrête. Sinon, direction les toilettes sous peu. Autre risque. De rater le coche.
Je me retiens. De fumer. De pisser. De penser.
À ce manque de respect. Non par rapport à moi. Dans l’absolu. Un retard est toujours possible. Autant qu’imprévisible. On peut toujours prévenir. Aussi. Mail, sms, portables… Les moyens de communication ne manquent pas… C’est autre chose qui manque.
À part un accident mortel ou une brusque attaque nucléaire, je ne vois pas. De raisons valables.
Presqu’une heure. Je commence à me demander. Si je ne vais pas me barrer… Il arrive. Pile poil à cet instant. Se confond en excuse. J’en suis presque gêné. Je le soulage. Avec un formule de politesse appropriée. Son regard me fait savoir. Qu’il m’en sait gré.
Café proposé. Accepté volontiers. Je l’ai bien mérité. Ensuite, tout est fluide. Convivial. Positif. Très.
Je repars sur un semblant de nuage. Au milieu de ceux qui annoncent l’orage.
Je vais prendre une saucée. M’en fous.
J’ai eu raison d’être patient.
Et je n’ai qu’une idée en tête.
Continuer.
À l’être.
Le jeu en vaut la chandelle.
À un point.
Inimaginable.
Pour tout le monde.
À une exception près.

« Un rendez-vous manqué n’a qu’une cause : notre incapacité à savoir attendre. Tout le temps nécessaire. Très longtemps parfois. »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s