La balle au bond

Un vrai ballet. Arabesque. Glissade. Grand écart. Pas de deux.
C’est la semaine qui veut ça. La semaine à venir. Le spectacle sera là. Sans aucun doute. Les acteurs aussi. Les actrices. L’une d’elle. En particulier. Au sort peu enviable. A priori. Frappée. Coupée. Fouettée. Balancée. Jetée. Une fois qu’elle est usée. Jusqu’à la corde. Dénuée de toute capacité. À jaillir. Débouler. Fuser.
Comme elle doit le faire. Chaque instant. De chaque jour.
Soumise au bon vouloir.
Des héros du moment. Des vedettes du spectacle. À leurs caprices. Parfois.
Malaxées. Tripotées. Secouées. On vérifie son état. Son aptitude. À servir. Le jeu. À ne pas contrarier. La performance. À surprendre. À dérouter. Par ses trajectoires.
Ses effets. C’est important l’effet. Que ça fait.
Les exclamations. L’admiration. L’engouement. Du public. Sont sa seule récompense.
Les coups. De contrariété. De colère. De rage. Des joueurs. Sont le châtiment.
Qu’elle subit régulièrement. Parfois, il peut même lui arriver de se retrouver satellisée. Loin. Échouant sur la chaussée. Finissant écrabouillée. Par un véhicule quelconque.
Ce n’est pas juste. Effectivement. Mais c’est sa vie.
Une vie qui ressemble, souvent, à la nôtre. Des hauts. Des bas. Du ressort. Pour se sortir. De toutes les situations. De la fatigue, parfois. À force d’être chahutée.
Par les revers. Que l’existence réserve. Mais toujours prête à bondir. À la première sollicitation. Au premier engagement.
Enfant de la balle, rien ne compte plus. Que son rôle.
Sans elle, finalement rien ne serait pareil. Rien ne serait, en fait.
Une pantomime de gestes dans le vide. De cris pour du beurre. De scores inventés.
Un jeu virtuel. Sans enjeu. Réel.
Oui, elle me fait vraiment penser à la vie. La nôtre.
Cette boule de feutre jaune. Autrefois blanche. La mode change.
Et puis, les goûts et les couleurs…
Plus je la regarde, plus je les regarde (elles sont tout un régiment).
Plus j’ai le sentiment. De me regarder. D’observer.
Les rebonds. De ma propre vie. De continuer à m’étonner.
Des directions aussi surprenantes qu’inattendues. Qu’elle prend.
Tout est question, de dynamique. De tonicité. De croyance.
En son potentiel de sursaut.
Pour se projeter. Plus loin.
Que ce que l’on croit pouvoir.
Plus haut. Que ce que l’on pense vouloir.
Parce qu’il n’y a jamais de limites.
Pour rendre nos rêves.
Plus vrais, aujourd’hui.
Que nos cauchemars.
D’hier.
Il faut juste savoir.
Prendre la balle au bond…

« Il ne s’agit pas d’un jeu. Pas seulement. Pas tout le temps. Nous disputons une partie perdue d’avance. Mais, rien ne nous empêche de tout faire pour gagner la manche en cours. »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s