La modification de la réforme du changement

Depuis des lustres. Rabâchée. Remise sur la sellette. Répétée. Revue et corrigée.
Mais beaucoup de fautes. Passées à maille.
Ouais, il y a encore du boulot. Bandes de bolos ! J’ai le droit, c’est dans le dico.
Tout évolue. Tout change. Les langues vivantes le sont. De plus en plus vite. Les langues mortes le sont. Enterrées aussi. Ad vitam aeternam. Ça fait longtemps.
À mon époque déjà. Le sujet faisait l’objet. D’un manque de complément direct. Mais était au centre. De toutes les interrogations. Écrites ou non. De toutes les équations. Non résolues. Des abscisses plutôt désordonnées. De quoi occuper le corps enseignant. Pendant qu’on saignait à réviser nos cours. L’esprit de la réforme était omniprésent. Protester n’aurait pas modifié le fil des événements.
Après 68, tout le monde a eu son bac. J’en étais loin. Le BEPC. Le brevet des collèges. C’est la dénomination actuelle. Était mon seul objectif. Problème subjectif, j’avoue. Échouer n’aurait rien changé. Aux probabilités. De ma vie future. Même à l’imparfait.
On ne conjugue pas obligatoirement. Ce que le passé décompose. Et ce que le présent a d’indicatif. Mon grand-père en savait plus. Que moi. Avec son seul certificat d’études.
Ma grammaire était à l’école. Des règles apprises. Par cœur. Sans amour. Sans passion. Par nécessité. Euclide, Pythagore, Bescherelle, Lagarde et Michard. Me tenaient compagnie. Chaque jour. Ça pouvait changer. D’une année à l’autre. L’académie était passée. Par là. Les circulaires circulaient. Les directives pointaient la direction. La bonne. C’était sûr. Cette fois-ci. Autant que 2 et 2 font 4. Enfin, c’est que j’ai appris. Mais ce n’est peut-être plus le cas. De figure. De style. Autant de ministres. Autant de réformes. Pour marquer leur passage. Laisser une empreinte. Mais pas un livre n’en parle. Aujourd’hui. Pas plus qu’hier. Ni que demain. Vacuité. Vanité. Insondable impuissance. À provoquer un réel changement. Nécessaire. Indispensable.
Néanmoins.
Internet n’enseigne rien. Il renseigne.Tout au plus.
Wikipedia n’est pas la loi. Il impose ses règles. Malgré tout.
Ce n’est pas le savoir.
Qui est en jeu.
C’est le pouvoir.
Qui s’assoit sur l’ignorance.
Pour engendrer la dépendance.
Lisez. Apprenez. Retenez. Réfléchissez.
Au lieu d’imaginer. De croire.
Aux vertus. D’un chamboulement permanent.
Sans résultat probant
Un cosmétique. Pour masquer.
Les failles. Qui se creusent.
Il est temps.
D’arrêter.
De changer.
Sans arrêt.
Il est temps.
D’échanger.
Apprendre ne sert à rien.
Comprendre est essentiel.
Ça demande de la constance.
De la patience.
Du temps.
Pas du changement.
Perpétuel.

« Comme le disait Einstein, il faut toujours avancer pour garder l’équilibre. Mais à force de changer de cap, on finit par perdre le sens. De ce que l’on fait. De ce que l’on défait. De ce que l’on refait. »
Léo Myself

Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s