Rendez-vous !

C’était juste hier. En fin de journée. Un rendez-vous déterminant. Pour régler ce qui doit l’être. En sortant la tête haute. Le regard droit.
Humainement, situation insupportable. Trahi par les siens. Empoisonné par son sang. Poignardé par des mains aimées…
Rendez-vous. Ça peut résonner comme une injonction. Un ordre. Auquel on ne pourrait qu’obéir. C’est à ce moment précis que j’ai entendu. Une voix. Un souvenir.
Me rappeler. Que ce n’est pas le genre de la maison. Même si on y pense. On peut y penser. Ça laisse le temps. De savoir. Pourquoi on ne s’y résigne pas. On n’accepte pas. Les stratagèmes qui nous abusent. Les contre-vérités qui nous poussent à l’abandon. Les saletés qui masquent toute la beauté. De notre engagement. De nos actions.
Ce n’est pas pour rien. Si j’ai souvent choisi cette voie. Difficile. Raide. Épuisante, parfois. Sans tenir compte des risques éventuels.
On a des couilles ou pas ? À écouter certains dires, il semblerait… Pas le moment de les oublier. Nom de nom ! Tenir la position, riposter, défendre pied à pied, ne pas reculer. Même d’un cm. Un de perdu c’est dix à regagner.
C’est ce que disait mon militaire de père.
Même pas capitaine. Simple sous-off. Il a dû gagner quelques galons. Plus tard. Dans la réserve. Ça n’a rien changé. À sa détermination. Sa volonté. Son endurance.
Seul le crabe a pu l’abattre. Au terme d’un affrontement âpre, long, trop long.
Il m’a transmis une conviction. Ne jamais céder. Ne jamais entendre.
Si on me dit, un jour, « rendez-vous ! ».
C’est pour cette raison. Que je ne me rendrai jamais.
Y compris à l’évidence. Parce que c’est une danse avec le vide.
Je n’ai pas vécu la guerre.
J’ai connu des batailles.
Perdues quelques fois.
Gagnées de temps en temps.
Jamais désertées.
Il m’en reste encore certaines.
À livrer.
Mais aujourd’hui, c’est différent.
Très différent.
C’est moi.
Qui ais le choix des armes.
Du lieu. De l’heure.
De qui affronter.
Et comment.
Aujourd’hui, c’est moi.
Qui vais le fixer.
En définir les règles.
Du « rendez-vous ! »

« Dans une confrontation, réelle ou simulée, n’oubliez jamais 2 principes essentiels. Ne sous-estimez pas la motivation -quelle qu’elle soit- de l’autre, ni son opiniâtreté. De même, ne sous-estimez pas votre capacité à renverser l’issue de ce qui semble annoncé. Attendez-vous à tout. Acceptez tout. Sauf l’idée. De votre reddition. »
Léo Myself

Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s