Solde de tout compte

SOLDES PROSERESTANTESamedi matin. Une douceur inhabituelle ces dernières semaines. Idéale pour traîner en ville. Et voir s’il reste quelques bonnes affaires. Malgré les soldes finissants.
Une idée en tête. Je cherche un petit porte-cartes. Un lustre aussi.
Je regarde, questionne, m’effraie du prix, me laisse attraper le regard, tenter par une couleur, une texture…
Mais je ne passe pas à l’acte. Je cherche toujours.
Je finis par franchir le seuil d’un grand magasin. Comme il n’en existe plus guère. Plus ici, en tout cas. En plein centre. Au nom fleurant bon le début du siècle dernier. Voir la fin de celui d’avant. Je déambule, au gré des étalages. Presque par hasard, je mets la main sur l’objet convoité. En cuir vernis. Blanc cassé. Format réduit, parfait pour se loger dans ma poche arrière. Pas un lustre, évidemment. Un étui pouvant accueillir 4 ou 5 cartes.
12,39 €, ce n’est pas excessif. 20% de remise à déduire en plus, c’est cool…
Je ne le lâche pas. Il est unique. Je ne m’extasie pas devant son aspect ou sa matière. Mais il n’y en a pas d’autres.
Il est assez tôt. J’aime bien les rues commerçantes de bonne heure. En cette période, tout semble se passer au ralenti. Je me dirige donc vers le comptoir, pour régler l’acquisition de ma trouvaille. Sans me hâter.
Je fais bien.
La caissière me repère de loin. Et me fixe. Avec, dans son regard, un mélange d’effroi et de reproche. Visiblement, ma nonchalance ne l’est pas suffisamment à ses yeux.
Elle n’est pas prête.
Je tente de rétrograder en première. Mais j’y suis déjà. Point mort. Je continue en roue libre, emporté par mon élan. Malgré mes manœuvres dilatoires, je finis par me trouver devant elle. Je lui tends l’objet à payer. Après une légère hésitation, elle le prend. Le tourne dans tous les sens. Et pousse un long soupir de lassitude (il est juste 10h30).
« La remise n’est pas déduite, faut que je la calcule… » me fait-elle remarquer, l’air dépité. Je compatis, soucieux de ne rien dire ni faire qui puisse la distraire.
De l’équation au douzième degré qui l’attend.
Elle a peut-être l’âge de ce lieu. Le manque d’agilité de ses doigts le laisse supposer.
Ils remplissent néanmoins de leur devoir. Le verdict tombe : « 2,48 € ! ».
Je n’ai pas la médaille Fields, mais je sais. Que 12,39 € moins 20%, ça ne fait pas 2,48 €…
Monnaie rendue en échange de quelques pièces.
Je tourne les talons sans demander mon reste.
Mon trophée dans ma sacoche.
Mon esprit tout à ses calculs.
Bingo ! La journée débute par un (presque) jackpot !
Je me suis seulement acquitté de 20% du prix affiché.
Heureusement, l’article n’était pas soldé à 60% !
Ça m’aurait couté les yeux de la tête.
Pour un solde.
Tout compte fait.
Ou à refaire.
Mais pas cette fois-ci.
Je mentirais.
De ne pas reconnaître.
Que je m’en tire.
À très bon compte.

« Si moins par moins égale plus, en revanche plus par plus fait toujours plus. Ce qui démontre bien que la vie est injuste. Ni plus ni moins. »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s