Question de bon sens

Quel bordel ! On dirait que c’est exprès !!! Le centre de la ville est tout chamboulé.
Là où on pouvait tourner à gauche, plus possible. Tout droit non plus, travaux, rue barrée. Ici interdit de prendre à droite…Ah non, en fait on peut désormais.
Je me retrouve nez à nez avec un bus et je l’engueule, certain d’être dans une voie à sens unique. Sens inique, oui ! Non seulement, le panneau a été enlevé mais, ô comble, posé à l’autre extrémité. Ce qui fait que le sens interdit ne l’est plus et celui qui ne l’était pas l’est devenu.
On peut trouver cette situation amusante, côté jeu de piste qui nous ramène vers l’enfance. Mais à force, c’est chiant ! Pas ces changements de sens, il doit bien y avoir un sens à cela… mais que ce soit fait en dépit du bon sens, en l’absence (tiens, voilà un mot révélateur, « ab » privatif en latin et « sens » : sans sens, si je me fais bien comprendre…) de toute information coordonnée, appropriée et qui ait un sens, autre que giratoire parce que, là, on va commencer à tourner en rond ! Confirmation de ce que je viens de démontrer : l’absence conduit au non-sens. Évident, n’est-ce pas ?
Même phénomène avec les gens. À force de manier le double sens, sachant que le sens commun ne l’est pas autant qu’on le croit, on se retrouve inévitablement à contre sens, voire dans l’impasse.
Dans ce cas, comment aller de l’avant ? En faisant demi-tour ? Pour faire face à ce qui nous tournait le dos ? Très franchement, voilà qui paraît sens intérêt… À moins d’être totalement dénué de sens pratique, car repartir en sens inverse n’est pas le meilleur moyen de se remettre dans le sens de sa marche…
Finalement, qu’il s’agisse de circulation urbaine ou de relations humaines, en faisant preuve d’un sacré sens de l’humour, on peut n’y voir qu’une grande partie de colin-maillard. Ou de cache-tampon. Çe dépend. Si on l’entend au sens propre ou au sens figuré. À mon sens, à tellement suggérer un sens caché, on finit par oublier le sens profond.
De ce qui nous lie. Nous relie. Aux choses. Aux autres.
À trop jouer, l’enjeu s’estompe.
Seule la partie, elle-même et elle seule, importe.
Alors qu’elle n’est que prétexte.
À enrichir le sens de notre vie.
Qui pourrait être si belle.
Avec un peu de bon sens.
Avec. Pas sans.
C’est toujours avec.
Que nous existons.
Dans tous nos sens.

« On peut aimer manier le double sens. À condition d’être sûr qu’il ait un sens premier. »
Léo Myself

Publicités
Cet article a été publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s