Tous à poil !

TOUS À POILC’était hier. Hier matin. Depuis la veille déjà. Je savais que c’était possible. Mais me tomber sur la gueule comme ça, je ne l’imaginais même pas.
La réalité s’impose à nous, dit-on. Qu’elle soit belle ou non. Joyeuse ou triste. Bienvenue ou détestable.
On aimerait, parfois, rester dans nos rêves. Nos espoirs. Nos illusions. Au lieu de se coltiner les croche-pattes de la vie.
Mais non, rien à faire. On a beau fermer les yeux, les ouvrir. Les refermer, les ouvrir à nouveau, le cours des choses est inchangé.
Fini. Parti. Terminé. Le chemin partagé s’arrête là.
Tant d’années parcourues côte à côte. Coups de cœur, coups de gueule. Remontrances et câlins. Accords et désaccords. Mais toujours ensemble. Quoi qu’il advienne.
Les crises n’effacent pas les bonheurs. Mais les exaltent bien plus. À la manière d’une imperfection sublimant la beauté qui l’entoure.
Car il y avait de l’amour, qui nous permettait de nous détester sans nous séparer. De nous retrouver en nous disant plus jamais. Sachant qu’il y aurait d’autres occasions. De nous disputer. De nous raccommoder.
Car il y avait de la fidélité. De la constance. Dans cette façon de ne pouvoir nous passer l’un de l’autre. Perdu sans la présence de l’autre. Cette présence indispensable. Pour emplir nos vides. Panser nos plaies. Apaiser nos vagues. À l’âme. Mettre du rose dans nos bleus. Donner du sourire à notre mélancolie. Avec cet humour. Noir. Mais si drôle.
Et puis les années. Pèsent. Un peu plus. Toujours. Davantage. Abiment. L’intérieur comme l’extérieur. Même si ça ne se voit pas trop. Moins d’allant. Moins de vivacité. Une souffrance s’installe. Ténue au début. Prenant de l’ampleur, ensuite. Diffusant sa dose de peine. De tristesse. D’incompréhension.
Comment ne pas réaliser, alors, que la fin approche ? Sans pour autant s’y résoudre.
On s’accroche. On ne veut pas. On ferme les yeux, on les ouvre. On les referme. On les ouvre à nouveau.
Peine perdue. Le rideau est tombé. Fini, parti, terminé.
L’histoire s’achève. Et là, on se sent totalement nu.
À poil.
Dur.
Très dur.
Non, je ne parle pas du Brexit.
Je n’évoque pas le départ de nos voisins grands bretons.
Mes pensées voguent du côté scottish.
Pas seulement le peuple.
Entrainé contre son gré dans cette folie si anglaise.
Je pense aussi à la Sibérie.
À une sibérienne, en particulier.
À qui tu vas manquer.
Infiniment.
Reparti dans ton coin sauvage.
D’où tu dois bien te marrer.
Au spectacle de cette humanité.
Qui fait tout.
Vraiment tout.
Pour se retrouver à poil.
Complètement.
Comme toi.
Sauf qu’elle est beaucoup moins douée.
Que toi.
Pour se lécher.
La merde.
Qu’elle se colle au cul.

« Le chien nous survivra car il nous est largement supérieur : essayez donc de vous gratter les couilles avec les dents ou l’oreille avec le pied… »
Léo Myself

Publicités
Cet article, publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s