Chasse gardée

CHASSE GARDÉE

À bout de souffle. Pourtant je dois. Continuer. Pas le choix. J’ai un peu d’avance, certes. Mails ils ne lâchent rien. Si je baisse de rythme, je suis fait. Comme un rat.
Alors je continue. Malgré l’épuisement qui me guette. Je continue à courir. Je ne m’en croyais pas capable. Aussi longtemps. Aussi vite. Aucune autre alternative. Pour leur échapper. Essayer au moins. Le plus longtemps possible.
Jusqu’à ce qu’ils se fatiguent. Qu’ils abandonnent.
Je n’en suis pas vraiment convaincu. Mais je ne vais pas m’arrêter. M’offrir en victime expiatoire. Jusqu’au bout. Je lutterai.
En m’enfuyant. S’ils m’attrapent, je ne pourrai plus rien. Faire. Il sera trop tard.
Tout en prenant mes jambes à mon cou – et c’est loin d’être facile croyez-moi (je pense déjà aux courbatures, demain) – je réfléchis.
Qu’ont-ils après moi ? Que veulent-ils ? Avec leurs tronches. D’extraterrestres. Sortis d’une BD mal fagotée. Et leurs faux airs d’animaux de compagnie.
Curieux mélange. Qui révèle une évidence. Ils sont en manque de créativité. Ils s’imaginent effrayants. Ils sont juste risibles. Limite ridicules.
Ceci étant, je n’ai pas vraiment le cœur à rire. Je n’ai pas peur. Mais je ne comprends pas. C’est tout. Pour quelle raison ils me poursuivent. Avec un tel acharnement. Pourquoi leur course est à ce point incohérente. Parfois, ils l’interrompent. Jette un œil d’un coté, de l’autre. Comme si une autre proie se présentait à eux. Puis ils s’élancent à nouveau. Toujours avec leur main tendue devant eux.
Un machin dans la main. Qui semblent les guider. Ils ne le quittent pas des yeux. Subjugués par le chemin qu’il leur indique. Indifférents à tout. À tout ce qui est autour d’eux. Devant eux. Entre eux et moi.
Ils ont déjà renversé une douzaine de passants. Mis sur orbite quelques vélos. Provoqué trois collisions. Et bloqué le tram. Deux fois. Ils sont obsédés.
Je dois être un spécimen de choix. Pour de bizarres expériences. Auxquelles ils vont se livrer. Sur ma modeste personne… Merde, il y a sûrement des sujets plus intéressants ! Que moi. Je n’ai pas envie. D’être disséqué. Inspecté. Trifouillé. Démonté. Et mal remonté sans doute !
Alors, je cherche un second souffle. Du mal à le trouver. Putain de clopes !
Une poussée d’adrénaline. À l’idée d’être disséqué.
C’est con. On serait à Rio, je serai médaille d’or. Du 100 mètres. T’as de la chance Usain…. Merde, une impasse ! Face à moi un mur. Assez haut. Très, même.
Pas d’issue, de secours ou autre. Juste une tringle à rideau. Là, par terre.
Cette fois c’est Renaud Lavilénie. Que je prive d’un titre olympique. Désolé. Je m’envole au dessus de la paroi. Je retombe de l’autre côté.
Non, on n’est pas à Rio. Pas de matelas épais et confortable pour me recevoir.
Avant de perdre connaissance, je les entends. Parler entre eux. Plutôt couiner.
Qui me confirme leur côté cartoon.
Je reviens à moi.
Les courbatures sont bien présentes.
Je ne suis qu’une immense douleur.
Mais toujours entier.
Pas de machine inconnue.
Autour de moi.
Pas de tubes.
Ni d’électrodes.
Ou qui pourraient y ressembler.
Je suis à même le sol.
Essayant de reprendre mes esprits.
Oui, j’en ai plusieurs.
Ne vous en déplaise.
Un objet attire mon regard.
Un téléphone.
Pardon, un smartphone.
J’appuie sur le bouton.
Un frisson me parcourt.
Mon évasion d’hier.
Y est enregistrée.
Intégralement.
Il y aussi le fond d’écran.
Avec son visage.
Je réalise alors.
Qu’hier soir.
J’étais poursuivi.
Par Salamèche.
Et sa bande de pokémons…

« En ce moment, je me demande si la réalité augmentée ne ressemble pas beaucoup à une vie diminuée. Et si les pokémons ne riment pas, surtout, avec paumés. Et cons.  »
Léo Myself

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE, Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s