Têtes de « on »

tetes-de-onC’est la fin du feuilleton. De ces élections primaires qui frôlent l’indigestion. Le champion du peloton a gagné le pompon. Pas de flonflons mais la voix de la raison, nulle reddition mais un discours de fond. Duel fécond ou trompe-couillon ? Là est la question.
À peine 2 millions, ce soir, y répondent. Oui ou non ? Un peut-être, tout juste mollasson. Pour envoyer un candidat au front. Se faire démonter le croupion. Déjà prévue, la conclusion.
Il en faut, de la conviction, pour ainsi s’exposer au choix de la population. Publique ou partisane, une opinion reste une opinion. Respectable même dénuée d’inclination. Persuadée de chercher un horizon. À défaut de procurer un frisson.
Administrer un leçon, telle n’est pas ma mission. Susciter l’attention reste mon ambition. De la farce, finalement, nous sommes les dindons, quelle que soit la façon de nous prendre pour des cons.
Hauteur de la fonction, omniprésence du pognon, profondeur du soupçon, n’importe qu’ils soient félons à ce que nous espérons. Ce qui compte, n’est pas ce que nous voulons. Mais ce que nous acceptons. Ce que nous subissons.
Oui, nous avons un pouvoir, même si nous l’oublions. Oui, nous pouvons changer la situation. Pour peu que nous le désirions. Jouer les trublions, cesser de penser comme des moutons. Se dire qu’une nation est plus forte qu’une simple addition. D’égoïsmes sans nom, d’avenir peu folichon. Dans lequel il y aura moins de fossés qu’il n’y aura de ponts. Plus de ciels que de tréfonds. Plus d’espoirs que de désillusions.
Lire la suite

Publicités
Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | Tagué | Laisser un commentaire

En panne

en-panneVoilà quelques jours, j’enfourche mon destrier. Avec ses deux roues, il est plus qu’économe en avoine, ne chie pas sur la voie publique ni ailleurs. D’humeur égale en toutes circonstances, il se révèle docile à l’usage et toujours de bonne composition. En outre, en cette période de l’année où les jours sont aussi courts que le solde positif de mon compte en banque, il est joliment équipé de lumières. Devant, éclairage blanc semblant nous faire croire qu’il va éclairer notre chemin. Rouge à l’arrière, pour signaler le danger potentiel que je suis aux autres usagers de la voie publique. Ceci étant, à ma connaissance, rares sont les cas d’automobilistes envoyés ad patres par des cyclistes ayant agressé la portière de leur véhicule qu’ils venaient d’ouvrir violemment en toute innocence.
Bref, je m’achemine donc sur Vélo (c’est le nom que je lui ai donné), bravant la froidure et la distance pour retrouver des amis dans leur nouveau château. Et par la même occasion, leur souhaiter une année à venir exempte des tracas que tout un chacun rencontre, parfois, durant ces 12 mois qui n’en finissent jamais de contredire les vœux ingénus que nous formulons à son avènement…
Là, je réalise que j’écris un peu comme Alain Duhamel. Ou plutôt comme il parle.
2017 ne débute pas bien, c’est évident…
Ressaisissons-nous !
Vélo chemine, je l’aide un peu. Uniquement dans les côtes. La brume tombant, je m’arrête. Pour l’aider. À se relever. Elle m’envoie faire foutre. Je l’abandonne à son triste sort. Puisque sans visibilité.
Poursuivant mon périple, je décide de couper court. Moins je mettrai plus de temps à toucher au but, plus je me les gèlerai beaucoup moins. Je fais jouer les éperons. Les mollets aussi. Et j’opte pour un raccourci. Sens interdit, certes. Mais bon sens aussi. Au plus court, au plus vite.
Vélo est habitué. Il sait parfaitement passer de la rue au trottoir. Comme d’autres le font du coq à l’âne. Entre pénombre et semi-obscurité, nous nous frayons un chemin. Quand surgit l’inattendu. L’improbable.
Lire la suite

Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | 1 commentaire

Calendrier de l’avent

calendrier-avent

C’était le 22. Exactement. Message reçu. Simple. Sans fioriture. Mais plein d’attention. D’affection. Me proposant de partager la veillée de Noël.
Avec elle, ses deux enfants et leur papa. Jusqu’au dernier moment, j’ai hésité.
Certes, j’avais répondu positivement. Jusqu’au dernier moment, je pouvais trouver une excuse. Grippe, gastro, coup de fatigue. Dans notre monde faux-semblants, pas compliqué de le faire. Semblant. Au delà d’honorer cette invitation, j’avais envie. De ne plus me mettre en quarantaine. Du monde. Des gens. De leur gentillesse. Oui, il arrive que des gens le soient. Gentils. Sans calcul. Sans autre objectif. Si ce n’est faire plaisir. Donner de la joie. Trinquer au bonheur. Faire qu’une fête soit ce qu’elle doit être. Un moment où ce qui nous rassemble existe bien plus. Que ce que qui nous semble nous séparer. Diviser pour mieux régner (divide et impera – Sénat romain, repris par Machiavel), un principe appliqué depuis la nuit des temps.
Mais là, juste le contraire. Etre ensemble pour mieux s’aimer. En nos temps troublés, pour ne pas être pessimiste, le contrepoint est bienvenu.
Ouvrir sa porte, c’est ouvrir son esprit, son cœur. C’est accueillir l’autre comme une personne. S’en foutre de sa couleur, de sa croyance, de ses idées. Juste lui tendre la main.
Le hisser vers des sommets de convivialité. Ou lui éviter de sombrer. Dans les abîmes du désespoir. Pas compliqué. Suffit d’un texto. Simple. Sans fioriture.
Lire la suite

Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | Tagué | Laisser un commentaire

Cui cui

cui-cuiHaut perché. Ça donne une vision large. Mais manquant de précision. Peut-être. Suffisamment néanmoins pour comprendre. La raison d’être ainsi posé.
Sur cette branche. Fragile. Autant que celui qui s’y accroche. Puisqu’il est là pour ça.
Pour (re)prendre son envol. Pour (re)trouver la confiance nécessaire. Au grand saut. Dans la vie. Ce qu’il en reste. À découvrir. À parcourir.
Le problème, c’est que ça fait un bout de temps. Qu’il y est sur cette branche. En équilibre instable. En déséquilibre insupportable. Nul besoin de s’essayer. À déployer ses ailes.
Il y a des lustres, il s’en est servi. Il est monté au firmament. Puis, tombé en piqué. Touché par quelques plombs. Dans l’aile. Bien sûr, loi de la gravité oblige, ces mésaventures vous ramènent sur terre. Un moindre mal. On y laisse forcément des plumes. Difficile de décoller à nouveau, ensuite.
On s’attache alors, simplement, à mettre une patte devant l’autre. On tente, parfois, de reprendre de l’altitude. La moindre distance parcourue nous y fait croire. Pourtant, jamais assez loin. Assez longtemps. L’azur devient un rêve. Inaccessible. Un horizon. Hors de portée.
À force d’arpenter le plancher des vaches, un jour on se prend les pattes dans un piège. Le miroir aux alouettes. Celui du vieux Paul. On ploie sous le poids. De ne plus savoir. Attraper le ciel. On accepte alors. De n’être plus qu’un appeau.
Posé sur cette branche.
Illusion. Que tout va bien. Que tous les oiseaux peuvent s’envoler. Vers une destin meilleur.
Posé sur cette branche, la glue l’y maintient.
Depuis 18 mois. Lui assurant une maigre béquée. Et qu’il pourra, bientôt fendre l’air.
À nouveau. À condition de continuer. Sagement.
Lire la suite

Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | Tagué | Laisser un commentaire

Signal d’alarme

meteo-interieure-signal-dalarmeUne sensation inhabituelle. D’imperceptibles constrictions dans l’estomac. Un léger frisson parcourant l’échine. Une petite voix intérieure. Son cri presque étouffé.
Ça commence toujours ainsi.
Ensuite viennent les loupiottes. Elles s’allument. S’éteignent. Par intermittence. Au début. Plus rapidement. Peu à peu. Presque frénétiquement au bout d’un moment.
On a pu ignorer les signes avant-coureurs. Mais dès que ça clignote façon stroboscope, mieux vaut être sur le qui-vive.
Ça peut aider. À déjouer le piège. Les manœuvres. Les coups à 3 bandes. Les chausses trappes en tout genre. Celles qui vous choppent par derrière. Qui vous dézinguent à chaque fois. Surtout si on ne les a pas vues venir.
À l’affut, en éveil, aux aguets, voire en hyper-ultra-méga vigilance.
Voilà notre exigence quotidienne. Dans le monde d’aujourd’hui.
Attristant constat, peut-être. Incontournable réalité, certainement.
Bien entendu, me rétorquerez-vous (parce que vous pratiquez usuellement le rétorquage…), devrait-on abandonner toute croyance en l’être humain. ? Remiser notre confiance naturelle dans le grenier de nos illusions perdues ? Faire passer notre naïf regard d’enfant par pertes et profits au bilan de l’existence ? Considérer, désormais, que rien n’est sincère, authentique, dénué d’hypocrisie ?
Que les Bisounours ne sont qu’une malicieuse distraction ? Un tour de prestidigitation ? Destiné à réduire notre lucidité à l’état de protozoaire avorté ?
Lire la suite

Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | Tagué | Laisser un commentaire

Thérapie qui croyait prendre

therapie

Tous les jours. On en apprend tous les jours. En matière de santé, par exemple. Tendance actuelle : la prescription auto-validée. C’est simple. Avant, il y avait des visiteurs médicaux. Ou des visiteuses. Chargé(e)s de promouvoir l’efficacité de nouvelles molécules. Comment veux-tu, comment veux-tu ?…
Par le truchement de séminaires d’information. À Marrakech, aux Bahamas ou en Floride. C’est scientifiquement prouvé. Le soleil, le sable blanc, les cocktails exotiques sont des optimisateurs. D’attention maximale. De compréhension extrême. Je l’ai, moi-même, vérifié.
Une semaine aux Maldives et j’y vois parfaitement clair. Sur les raisons d’être.
Des 51 autres semaines pendant lesquelles je bosse comme un malade…
Malade, justement, nous y revoilà.
Aujourd’hui, réglementation oblige, fini les exposés en bikini, les débriefs à la piscine, les préconisations distillées à la paille…
Nos Diafoirus doivent se démerder. Autrement.
Quitte à recommander un médoc, autant savoir. Ce qu’il vaut.
Quoi de mieux que l’avoir testé ?
Ça dépend. De la coïncidence. Entre une supposée pathologie. Et la spécialité du docteur. Quoi que… Les mystères de la science peuvent révéler bien des surprises.
C’est ce que m’a dit mon psy. Me conseillant un remède de cheval. Au sens propre. Genre amphétamine pour trotteur de tiercé. Sensée régler mon problème d’insomnie. Il m’a rassuré. L’utilisant lui-même. Me rassurant sur son efficacité.
Son regard orangé. Sa façon de grignoter son stylo. Ou les baffes qu’il mettait à son téléphone… En tout cas, un truc m’a incité. À fouiller la question.
J’ai trouvé quelques chiffres sur le net : en France, 2800 principes actifs sont commercialisés sous forme de 12000 médicaments. C’est-à-dire, chaque année, 3,4 milliards de boîtes vendues. Sachant que l’hexagone dénombre pas moins de 282000 diplômés en médecine (soit 1 pour 235 habitants), il faudrait que chacun teste une boîte par semaine. Pour avoir une connaissance accomplie. Du sujet.
Lire la suite

Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | Laisser un commentaire

Avant l’heure…

-

Je le savais. Dérèglement annoncé, attendu.
Rabâché par les médias. Remâché par nos synapses. À force d’en parler, on le rend vivant. Avant même sa naissance.
Anticipation. C’est le mot juste. Ses effets se manifestent. Dès lors que l’on sait. Quand il va se produire. Impatience inhérente à notre nature ? Crainte de louper le coche ? D’être largué, décalé, plus dans la course, le moment venu.
Survient alors l’étrange. Initiatives, comportements, discours, agissements. Bizarres.
En avance par peur d’être en retard. Tétanisé à l’idée d’en « perdre » une seule.
Sur les 42 000 000 qui sont le lot moyen d’une vie. 1 sur 42 millions. Et nous voilà aussi affolés qu’un papillon pris dans la lumière. Conjugué à la nouvelle lune du moment, c’est vite la fête de l’obsession. Du temps. Gagné, perdu, retrouvé.
Et des questions essentielles : fera-t-il encore jour pour l’apéro ? Mes croissants du matin seront-ils synchros avec ceux de l’astre sélénite ? Faut-il attendre pour pointer au boulot ? Et le tram, les bus, les trains, les avions vont-ils savoir ? Que leurs horaires ont changé. Et tous mes appareils ! Ils se démerdent ? Seuls. Ou c’est à moi. De leur faire jouer « Retour vers le futur ». Au passé de moins en moins simple.
Quel bordel ! De quoi perdre toute notion.
Qu’adviendra-t-il hier alors que demain est déjà passé ?….
Sans parler des naissances à ce moment-là !… « Non, je ne peux pas vous monter votre bébé, il n’est pas encore né. Mais dans 2 minutes, il le sera depuis 1 heure… »…
Lire la suite

Publié dans MÉTÉO INTÉRIEURE | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire